Scolytes : comment gérer la situation?

L’épicéa subit actuellement de nombreuses attaques d’Ips typographe (scolyte) dans nos forêts suite principalement à son affaiblissement conséquent à la sécheresse.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs documents traitant de la situation du scolyte et des actions à mener:

Informations techniques
- Fiche sur le scolyte et la gestion des bois infectés rédigée par l'Observatoire wallon de la santé des forêts (OWSF) - Octobre 2018
- Dossier sur le scolyte, extrait de la revue Silva Belgica 05/2018 - Septembre 2018
- Fiche sur le scolyte rédigée par Michel De Proft et Jean-Claude Grégoire pour le Silva Belgica en 2007
- Article sur le thanasimus, un ennemi naturel des scolytes, rédigé par Nathalie Warzée et Jean-Paul Grégoire (ULB) pour la revue Forêt Wallonne en 2003
- Fiche complète sur le scolyte rédigée par l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (Suisse) qui illustre la méthode d’attaque des scolytes - 1997
- Note sur la qualité du bois des épicéas attaqués par l'Ips Typographe, extrait de la revue Silva Belgica 05/1992

Communiqués et autres
- La crise du scolyte, passage dans l'émission "quel temps" (RTBF) - Octobre 2018
- Communiqué de la Cellule de Crise "Scolytes" à destination des propriétaires forestiers privés - Octobre 2018
- Communiqué de presse de la Société Royale Forestière de Belgique sur le scolyte - Septembre 2018
- Communiqué de presse de l'Office économique wallon du bois (OEWB) - Septembre 2018
- Courrier envoyé par la filière forêt bois au ministre Collin - 21 septembre 2018. Une Cellule de Crise composée de représentants de la filière forêt-bois a été constituée suite à la rencontre avec le ministre Collin le 24 septembre 2018. Celle-ci aura pour mission de suivre l'évolution de cette problématique et d'élaborer un plan d'actions.


Pour gérer cette situation par les propriétaires, la SRFB, en partenariat avec le SPW, DGO3 - DNF et DEMNA ainsi que l'OWSF, organise plusieurs demi-journées  de terrain pour permettre au plus grand nombre d'y participer. Elles auront lieu soit le matin soit l'après-midi le 3 décembre 2018 à Malmedy, le 4 décembre 2018 à Beauraing, le 10 décembre à Neufchâteau et le 13 décembre 2018 à La Roche). Retrouvez sur cette page toutes les informations relatives à cette activité.

 
Photo 1: Les trous d'entrée dans l'écorce, les premiers symptômes observables - © Quentin Leroy 
Photo 2 : Les trous de sortie dans l'écorce sont beaucoup plus gros et visibles - © Quentin Leroy

 

Photo 3 : Larve et imago - © Quentin Leroy                                  
Photo 4 : Galerie d'aspect caractéristique après chute d'écorce - © Quentin Leroy

En pratique:

- N'hésitez pas à passer par votre gestionnaire ou un expert forestier pour gérer cette crise et évacuer les épicéas scolytés.
- N'hésitez pas également à contacter les Correspondants-Observateurs pour les forêts privées: Isabelle Lamfalussy - Tél. 081 62 74 06.
- Souplesse: la Confédération Belge du Bois demande aux propriétaires de faire preuve de flexibilité concernant les délais d’exploitation afin de gérer et évacuer la masse de bois supplémentaire amené sur le marché. Les exploitants vont devoir s’occuper des bois scolytés en priorité et remettre à plus tard l’exploitation des peuplements en « bonne santé ».
- Archivez et photographiez vos lots de bois scolytés. Dans l'éventualité d'une aide publique pour la gestion de cette crise sanitaire, des preuves devront être données sur les quantités et dommages subis suite à l'évacuation de vos bois scolytés : photos avec points de repère et date, volume des lots, nombres de bois, prix de vente...

Bon à savoir:

L’Ips typographe est un coléoptère parasite de l’épicéa de la famille des scolytidae. Il est le plus grand ravageur forestier européen. Ce scolyte pond ses œufs sous l’écorce des arbres récemment déracinés ou cassés et sur les arbres affaiblis ou fraîchement abattus. Dans des circonstances favorables à sa reproduction (chablis ou sécheresse par exemple), l’insecte prolifère et s’attaque à des arbres debout et sains d’apparence.
L’insecte produit généralement deux générations par an mais une troisième est possible en cas d’été très chaud. L’insecte passe l’hiver sous écorce, si celle-ci est encore présente, ou dans la litière (uniquement les imagos, pas les larves). Les scolytes ne se développent pas sur les arbres sans écorce, secs et dépourvus d’aiguilles. L’évacuation de ces individus n’est pas prioritaire. Enfin, la présence d’arbres scolytés n’implique pas la mise à blanc du peuplement dans son ensemble.

Français