Information sur le scolyte

L’épicéa subit actuellement de nombreuses attaques d’Ips typographe (scolyte) dans nos forêts suite principalement à son affaiblissement conséquent à la sécheresse.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs documents traitant de la situation du scolyte et des actions à mener:

- Communiqué de presse de l'Office économique wallon du bois (OEWB) "Les propriétaires forestiers sont invités à surveiller l’état de leurs parcelles d’épicéas"- Septembre 2018
- Note sur le scolyte et les actions à mener de l'Observatoire wallon de la santé des forêts (OWSF) - août 2018
- Fiche sur le scolyte réalisée par Michel De Proft et Jean-Claude Grégoire pour le Silva Belgica en 2007

N'hésitez pas à passer par votre gestionnaire ou un expert forestier pour gérer cette crise et évacuer les épicéas scolytés.

N'hésitez pas également à contacter les Correspondants-Observateurs pour les forêts privées: Isabelle Lamfalussy - Tél. 081 62 74 06.

Par ailleurs, la Confédération Belge du Bois demande aux propriétaires de faire preuve de flexibilité concernant les délais d’exploitation. Les exploitants vont devoir s’occuper des bois scolytés en priorité et remettre à plus tard l’exploitation des peuplements en « bonne santé ». En forêt publique wallonne, afin de donner la priorité à la récolte des bois scolytés, une réunion de concertation entre le DNF, l’Union des Villes et Communes et la Confédération Belge du Bois, a décidé d'un report gratuit de trois mois des délais d’exploitation des lots de résineux achetés en 2017 et au printemps 2018.

Bon à savoir:

L’Ips typographe est un coléoptère parasite de l’épicéa de la famille des scolytidae. Il est le plus grand ravageur forestier européen. Ce scolyte pond ses œufs sous l’écorce des arbres récemment déracinés ou cassés et sur les arbres affaiblis ou fraîchement abattus. Dans des circonstances favorables à sa reproduction (chablis ou sécheresse par exemple), l’insecte prolifère et s’attaque à des arbres debout et sains d’apparence.
L’insecte produit généralement deux générations par an mais une troisième est possible en cas d’été très chaud. L’insecte passe l’hiver sous écorce, si celle-ci est encore présente, ou dans la litière (uniquement les imagos, pas les larves). Les scolytes ne se développent pas sur les arbres sans écorce, secs et dépourvus d’aiguilles. L’évacuation de ces individus n’est pas prioritaire. Enfin, la présence d’arbres scolytés n’implique pas la mise à blanc du peuplement dans son ensemble.

Français